90 % des chutes
accidentelles concernent
des personnes âgées
de plus de 65 ans.
40 % des personnes
hospitalisées après une
chute ne peuvent plus
retourner vivre chez elles.

La chute : première cause de perte d’autonomie

Les chutes accidentelles sont souvent synonymes de perte d’autonomie pour les personnes âgées de plus de 65 ans. Outre une hygiène de vie adaptée, un bon aménagement des espaces de vie permet de diminuer les risques et de prolonger le maintien à domicile.


Des données préoccupantes


  90 % des chutes accidentelles
concernent des personnes âgées
de plus de 65 ans, le plus souvent au domicile ou dans ses abords immédiats.
  A partir de 65 ans, une personne sur trois fait une chute dans l’année et à partir de 80 ans, c’est une sur deux. La perte de souplesse et la fragilisation des os consécutives à l’âge aggravent les conséquences de la chute chez les personnes de plus de 65 ans.
  40 % des personnes hospitalisées après une chute ne peuvent plus retourner vivre chez elles.
  La chute est la première cause de décès accidentel chez les plus de 65 ans.
  Après une première chute, la probabilité de retomber est multipliée par 20… Une chute, même sans gravité, n’est jamais anodine et est le signe précurseur d’un risque accru.

5 règles de vie pour limiter les risques

La chute n’est pas une fatalité. Elle peut être anticipée grâce à :

  des contrôles réguliers chez votre médecin traitant et une vigilance sur les effets des traitements médicamenteux ;
  une alimentation équilibrée et riche en calcium afin de limiter la fonte musculaire et le surpoids et pour renforcer vos os ;
  une pratique physique adaptée afin de conserver vos capacités cardiorespiratoires et musculaires, votre sens de l’équilibre et souplesse ;
  un maintien du lien social pour éviter l’isolement ;
  l’aménagement de votre environnement quotidien afin de faciliter
vos déplacements et de limiter les situations périlleuses.

5 points de vigilance

Plusieurs facteurs sont souvent à l’origine de la chute. Parmi eux, un aménagement inadéquat de l’habitat peut jouer un rôle important :

  présence d’obstacle dans les lieux de passage ;
  glissade sur des éléments du sol mal fixés ou inadaptés ;
  mauvais éclairage ;
  rangements peu accessibles ;
  absence d’éléments facilitant l’équilibre.

Aller plus loin

Quelles sont les stratégies à suivre pour limiter les conséquences du vieillissement sur l'exposition aux risques routiers et domestiques ?
Conseils, témoignages et propos d'experts sont réunis dans un ouvrage de référence.
Télécharger le guide (88 pages) au format PDF (2,7 Mo).
Témoignages
Dr. Bertrand Thelot,
Dr. Pierre Paquereau :

éviter la chute pour préserver son
autonomie. > Voir la vidéo
Salle de bains
La pièce à risque

Entrez dans la salle de
bains interactive pour
découvrir les points
de vigilance. > Voir
Autodiagnostic
Votre maison est-elle
bien adaptée ?

10 questions clés pour
diagnostiquer son
aménagement. > Lire
Autonome
mais pas seul(e)
SERELIA téléassistance MAIF :

préserver sereinement
son autonomie. > Lire
Comment rester chez
vous plus longtemps ?
Bilan d’autonomie
MAIF :
un spécialiste
diagnostique votre
domicile. > Lire