1/3 des chutes
est causé par l’état des sols.

Supprimer les obstacles pour favoriser le maintien à domicile

Plante verte, tapis, tabouret… L’objet le plus anodin peut devenir un  obstacle s’il est positionné au mauvais endroit. Quelques règles simples pour faciliter les déplacements et limiter les risques de chute.


Aménager et ranger pour se déplacer sans difficulté

La première règle pour limiter les risques de chute consiste à ôter tous les objets pouvant encombrer les lieux de passage. La très grande majorité des chutes de produisent de plain-pied. Plantes vertes et lampes sur pied dans les couloirs, livres posés sur les marches de l’escalier, meubles encombrants ou simples tabourets décoratifs sont autant d’éléments susceptibles de vous faire trébucher.

Pour ne pas s’emmêler les pieds, il est également recommandé de fixer les fils électriques aux murs ou d’utiliser des range-fils le long des plinthes.


Sécuriser les sols

Un soin tout particulier doit être porté aux sols de l’ensemble des pièces de l’habitation, tant en terme de matériau que d’entretien. L’état du sol est en cause dans un tiers des chutes. Pour éviter les glissades, la moquette est ainsi le revêtement le plus adapté. De manière plus générale, le sol doit être propre et sec et ne pas comporter d’irrégularités..

Attention aux parquets cirés ou vitrifiés, aux vieilles lames qui peuvent faire trébucher : si cela se révèle possible, il est préférable de les recouvrir d’un revêtement non glissant et solidement fixé comme une moquette. Dans les pièces humides, toujours préférer un carrelage antidérapant. Enfin, tous les tapis doivent être munis d’antidérapants et leurs coins être fixés par du ruban adhésif double-face.

Il faut également veiller aux accès extérieurs : dalles irrégulières ou surélevées, plantes rampantes, mousses ou feuilles d’automne. Pour les immeubles en copropriété, signaler au syndic les difficultés rencontrées (sol glissant, appuis manquants…).


Sécuriser les escaliers

Passages dangereux par excellence, les escaliers doivent être bien éclairés, dégagés de tout objet et, bien sûr, équipés d’une main courante. Pour être confortables, leurs marches ne doivent pas dépasser 15 cm de hauteur et la profondeur de celles-ci doit être comprise entre 28 et 30 cm.

La surface ne doit pas être glissante, au besoin il faut les recouvrir d’un revêtement adapté et solidement fixé. Si cela se révèle possible, il est préférable de les recouvrir d’un revêtement non glissant et solidement fixé comme une moquette. Pour assurer leur visibilité, il est conseillé de contraster marches (couleur claire) et contremarches (couleur foncée).

L’ajout d’une bande antidérapante de teinte vive au bord de chaque marche est un bon compromis visibilité/sécurité et renforce la visibilité et la sécurité de vos déplacements.


Se créer des appuis et des garde-corps

Que ce soit dans les couloirs ou dans les pièces de vie, l’installation de barres d’appui le long des murs facilite la circulation et permet d’éviter de se reposer sur des dossiers de chaise ou d’autres supports instables. Ces rampes doivent être fixées à hauteur de hanche, être rigides, faciliter la prise en main et être antidérapantes.


Favoriser la praticité

La meilleure manière de sécuriser ses déplacements est encore de les limiter grâce à un aménagement pratique. L’usage d’une desserte à roulettes se révèle, par exemple, particulièrement adapté pour éviter de vous lever plusieurs fois en ayant tout ce dont vous pouvez avoir besoin sous la main.

L’implantation de combiné téléphonique dans chaque pièce de vie ou encore celle d’interrupteurs près des portes permet également de favoriser confort et sécurité.


Aller plus loin

Quelles sont les stratégies à suivre pour limiter les conséquences du vieillissement sur l'exposition aux risques routiers et domestiques ?
Conseils, témoignages et propos d'experts sont réunis dans un ouvrage de référence.
Télécharger le guide (88 pages) au format PDF (2,7 Mo).
Escaliers
Aux marches de l’autonomie

Éclairage, hauteur des marches... L’escalier du maintien à domicile. > Voir
Autodiagnostic
Votre maison est-elle
bien adaptée ?

10 questions clés pour
diagnostiquer son
aménagement. > Lire
Autonome
mais pas seul(e)
SERELIA téléassistance MAIF :

préserver sereinement
son autonomie. > Lire
Comment rester chez
vous plus longtemps ?
Bilan d’autonomie
MAIF :
un spécialiste
diagnostique votre
domicile. > Lire


En poursuivant votre visite, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance du site, à optimiser votre navigation et à vous proposer des offres et services personnalisés. En savoir plus et paramétrer les cookies